Coronavirus avion

Pour limiter les risques de contamination au coronavirus en avion, compagnies et aéroports déploient les grands moyens. Du parcours au sol à la désinfection de la cabine, on fait le point sur ces mesures de sécurité qui pourraient bien nous permettre de reprendre l’avion sans angoisse, dès l’été 2020.

Coronavirus en avion : où en est-on ?

Le coronavirus n’en finit pas d’impacter le secteur aérien. Principal défi des compagnies pour la fin de l’année : rassurer les passagers qui hésitent à réserver des vols par crainte des contaminations.    

Il est vrai que contrairement aux phobies de l’avion, la peur du coronavirus pendant un voyage aérien est basée sur du concret. Dans l’absolu, en espace restreint, les risques de contamination sont accrus, ce qui décourage beaucoup de potentiels voyageurs. Mais dans la pratique, les voyages en avion sont en train de changer. Avec les efforts des compagnies et des aéroports, ils apportent beaucoup de nouvelles garanties sur le plan sanitaire. De quoi envisager à nouveau de prendre l’avion dès 2020, en évaluant le plus fidèlement possible les risques encourus.

Les mesures anti-covid en avion (pendant le vol)

Pour entrevoir une reprise progressive des vols, les compagnies aériennes ont déjà mis en œuvre toute une série de mesures pour limiter les risques de contamination à bord. La plupart sont imposées par l’état et communes à toutes les compagnies. C’est le cas du port du masque en cabine, rendu obligatoire par le décret du 31 mai 2020. Ce même décret impose à tous les voyageurs de présenter une déclaration sur l’honneur qu’ils ne présentent pas de symptômes du covid-19.

Désinfection de cabine et filtrage de l’air

Les compagnies sont aussi obligées de désinfecter méthodiquement les cabines à la main. Pour cela, elles pulvérisent chaque jour un produit virucide homologué.

Et l’air de la cabine ? Il est souvent présenté comme un motif d’inquiétude. Au contraire, dans le contexte du déconfinement, l’air des cabines d’avion est particulièrement sain. Il est filtré et renouvelé toutes les 3 minutes au moyen de filtres HEPA. Proposant un filtrage équivalent à celui d’un bloc opératoire, ces derniers sont capables de bloquer les particules de covid jusqu’à 99,99%.

Interactions limitées

En vol, les compagnies veillent maintenant à limiter au maximum les points de contact avec le personnel de bord et les objets. Chez Air France, il n’y aura plus de vente, plus de magazines de bord et plus de collations sur les vols de moins de 2h30. Sur les trajets longs, les repas seront préparés à l’avance selon des normes sanitaires stricts, sans aucune manipulation par le personnel de bord.

Les mesures au sol : parcours balisé et embarquement

Les aéroports s’y mettent aussi : tous ont mis en place des mesures strictes pour assurer le respect des gestes barrières tout au long du parcours d’embarquement et d’arrivée. C’est notamment le cas des aéroports de Nantes-Atlantique ou de Marseille.

Parcours balisé

Dans l’aéroport, le terminal ne sera accessible que pour les voyageurs. En plus du port du masque, le gel hydro-alcoolique est proposé à toutes les étapes du parcours.

Les entreprises ont mis en place un nettoyage accru et une désinfection des espaces, en particulier aux points de contact (check-in, contrôles de sécurité, salle d’embarquement…).

A chaque étape, un marquage au sol et une signalétique permettent de respecter la distanciation sociale. Les comptoirs sont équipés de vitres en plexiglas pour éviter la contamination clients/personnel au sol.

Embarquement sécurisé

Autre mesure forte du décret du 31 mai 2020 concernant le transport aérien en période de covid : toutes les compagnies devront contrôler la température des passagers à l’embarquement. En cas de refus de se soumettre au contrôle ou en cas de fièvre, le passager ne pourra pas embarquer.

L’embarquement se fera désormais par l’arrière, de façon progressive, pour éviter les croisements.

Quand pourra-t-on reprendre l’avion ?

Grâce à ces mesures anti-coronavirus pour l’avion, le secteur entrevoit une reprise timide de l’activité dès cet été. Symbole du confinement, l’aéroport d’Orly rouvre ses portes le 26 juin. Les compagnies reprennent progressivement en juin, Air Europa réactivant ses routes dès le 22 juin.

Les low-cost comme Vueling, Easyjet, Ryanair et Transavia vont assurer une partie de leurs vols habituels à cette période. Air France a annoncé opérer 20% de son trafic à la fin du mois de juin. Ce chiffre devrait atteindre 35% en juillet et 40% en aout.

Les restrictions de vol entre pays sont aussi en train de tomber : les vols de loisir en France sont déjà possible, tout comme les vols vers certains pays de l’Union Européenne. L’IATA (association internationale du transport aérien) propose une carte actualisée des restrictions de chaque pays, disponible ici.

Une chose est sûre : cet été 2020, la faiblesse des réservations devrait permettre un vol avec moins d’affluence en aéroport et en cabine. L’occasion de tester un vol sans stress grâce à l’application Fofly ? Elle est disponible en téléchargement gratuit, sur iOS et Android.