Psychologie peur de l'avion

Et si la peur des avions n’était pas uniquement liée… aux avions ? Selon les psychologues, les voyages aériens sont avant tout les déclencheurs de certaines peurs et phobies spécifiques et non spécifiques – que l’on peut traiter séparément une fois qu’on les a identifiées. En interrogeant Thierry Merle, psychologue attitré de la méthode Fofly. Cet article fait le point sur ce que dit la psychologie de la peur de l’avion et comment il est possible de la soigner.

Index


Psychologie de la peur de l’avion : une phobie complexe
De quels troubles psychologiques se compose la peur de l’avion
          Les troubles associés à la peur de l’avion
Inconfort, peur ou phobie de l’avion : quel est votre degré ?
Pourquoi notre cerveau ne peut pas s’empêcher d’imaginer le pire en avion ?
          L’heuristique, les « raccourcis » du cerveau
          Comment reprendre le contrôle de son esprit en avion
Comment soigner la peur de l’avion avec la psychologie

Psychologie de la peur de l’avion : une phobie complexe  

Selon les psychologues, la phobie de l’avion est rarement une phobie « simple » c’est-à-dire uniquement centrée sur l’avion. Le fait de voler en avion peut révéler de nombreuses autres angoisses et inquiétudes, parfois même, quelques autres phobies.

Pour Thierry Merle, psychologue spécialisé dans les peurs de l’avion : « la phobie de l’avion est une phobie complexe : c’est moins le fait de voir l’avion qui fait peur que le fait de voler dedans, donc d’être confronté à des conditions spécifiques (les turbulences, les peurs mécaniques, la météo etc…) mais aussi à des phobies non spécifiques qui existent dans d’autres environnements mais que l’on retrouve en vol comme la claustrophobie, l’agoraphobie, etc… »

Pour la plupart des gens qui souffrent à l’évocation d’un voyage aérien, l’avion est d’abord le révélateur de troubles associés qui préexistent à l’expérience du vol. Quel que soit votre degré d’angoisse en avion, il est nécessaire d’identifier exactement de quoi se compose votre peur, afin d’en guérir en adoptant le traitement adapté.

De quels troubles psychologiques se compose la peur de l’avion

Les troubles associés à la peur de l’avion

La peur de l’avion peut faire intervenir les troubles psychologiques suivants :

  • Agoraphobie, ou peur de ne pas pouvoir s’échapper d’un endroit
  • Peurs liées au vol aérien : turbulences, peurs de panne mécanique ou liées à la météo
  • Claustrophobie
  • Peur de vomir
  • Peur de survoler l’océan
  • Phobie sociale
  • Peur de perdre le contrôle des évènements
  • Culpabilité de mettre ses proches en danger
  • Etc…

Chaque personne concernée peut faire cohabiter plusieurs de ces peurs à différents degrés. Pour soigner la peur de l’avion, il faut commencer par identifier lesquels de ces troubles sont à l’œuvre, afin de les traiter avec un traitement adapté à chacun d’entre eux.

Inconfort, peur ou phobie de l’avion : quel est votre degré ?

Il ne faut pas confondre la peur et la phobie. La peur est une réaction adaptée à une situation de danger réel. Si je suis face à un risque mortel, la peur est l’émotion qui me permettra d’y faire face et de survivre. La phobie est une peur inadaptée dans laquelle le risque est très largement surévalué et fait croire à la personne qu’elle est en danger de mort. La plupart du temps les personnes ont parfaitement conscience que leur peur est surdimensionnée. La phobie n’est pas une réaction adaptée car elle ne protège pas l’individu : le phobique de l’avion préfèrera conduire une journée entière plutôt que de faire une heure de vol. Il prendra de ce fait infiniment plus de risque d’avoir un accident…

Il existe des degrés. Par exemple il y a ceux qui peuvent prendre l’avion mais avec un inconfort intense. La plupart du temps ils le compensent par des médicaments ou de l’alcool. Il y a ceux qui ne peuvent prendre l’avion qu’en cas de force majeur ou lorsque c’est imposé et il y a ceux qui en sont simplement incapables. Il est par exemple arrivé qu’au moment de l’embarquement un phobique refuse de monter dans l’avion, laissant sa famille partir sans lui…

Pourquoi notre cerveau ne peut pas s’empêcher d’imaginer le pire en avion ?

Pour les psychologues, la peur de l’avion vient d’un conditionnement duquel il est possible de sortir. Il s’explique par une faculté à imaginer le pire et à interpréter un événement anodin comme une menace : « ce bruit bizarre, c’est probablement un problème au niveau du train d’atterrissage… » Alors qu’en réalité, les trains d’atterrissages sont extrêmement sécurisés et disposent de 3 mécanismes de déploiement alternatifs. Alors, pourquoi notre cerveau « remplit les blancs » en imaginant le pire en avion ?

L’heuristique, les « raccourcis » du cerveau

En neuroscience, l’heuristique est un mécanisme bien connu. Il consiste à exécuter des opérations mentales automatiques, rapides et intuitives. Cela permet au cerveau de réagir très vite, en prenant des raccourcis, mais au prix d’erreurs de jugement.

Le mode heuristique est moins fiable que le fonctionnement logique, plus lent mais plus fidèle à la réalité. C’est comme lire un livre en diagonale : on va forcément passer à côté d’élément essentiels à la compréhension. Pour certains, en avion, le fonctionnement heuristique va prendre le dessus sur les fonctions logiques et provoquer des sensations de peur.

Comment reprendre le contrôle de son esprit en avion

Difficile de lutter, mais pas impossible, comme l’explique Thierry Merle : « on ne peut pas empêcher le cerveau de faire des interprétations automatiques des situations car ces fonctions ne dépendent pas de notre conscience. Lorsqu’on en a conscience, le cerveau a déjà terminé tous ses calculs. On peut seulement créer d’autres interprétations qui vont remplacer les anciennes, créer de nouveaux automatismes. D’où le fait que la guérison d’une phobie est basée sur la répétition. »

La solution pour lutter contre la peur en avion consiste donc à court-circuiter ces associations d’idées négatives en les remplaçant par d’autres plus positives, basées sur la logique. C’est ce que permettent la plupart des formations et stages contre la peur en avion, en créant de nouveaux automatismes de pensée et en utilisant des exercices de relaxation pour éviter d’activer le mode « alerte » du cerveau.

Comment soigner la peur de l’avion avec la psychologie

Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas de fatalité ! Il n’est jamais trop tard pour soigner la peur de l’avion, quel que soit son degré. De l’expérience des formateurs des <a href= »peurdelavion.fr »>stages peurdelavion.fr</a>, les patients qui ont développé une phobie centrée sur l’avion sont ceux qui réagissent le mieux aux thérapies, en présentiel ou à distance.

Pour vaincre la peur de l’avion, il est essentiel de s’y prendre le plus tôt possible. Il s’agit d’une peur qui s’autoalimente et qui se renforce avec le temps, surtout si on est en recherche de toutes les informations sur les (rarissimes) accidents aériens.

Pour s’en sortir, Thierry Merle souligne l’apport fondamental des TCC : « les thérapies cognitivo-comportementales sont complémentaires pour guérir de la peur en avion. L’aspect cognitif permet d’acquérir des connaissances techniques sur l’avion et la sécurité aérienne. La partie comportementale propose une exposition progressive à travers des vidéos, une bande-son ou la réalité virtuelle. »

Dans tous les cas, le soutien d’un professionnel est fondamental. De nombreuses modalités existent, depuis la consultation de psychologues spécialisés en peur de l’avion aux stages et aux formations à distance en e-learning, plus accessibles et consultables à votre rythme. Tous les moyens sont bons pour reprendre le contrôle de votre cerveau et découvrir le plaisir de voler !