5-conseils-pour-ne-plus-avoir-peur-de-l-avion

Vous angoissez à l’évocation d’une carte d’embarquement ? Sachez que vous n’êtes pas le seul : un passager sur 5 souffre de peur de l’avion. Si c’est votre cas, on a réuni 5 conseils pratiques et faciles à mettre en place – y compris le dernier ! On espère qu’ils vous serviront à atténuer votre angoisse des airs, et à profiter au maximum des voyages dont vous rêvez !

1. Choisir son siège à l’avance

Réserver le siège à l’avance est un très bon conseil pour visualiser son vol à l’avance et être plus serein le jour J. L’option est parfois payante, mais elle permet de contrôler un premier élément de son voyage – plutôt que de laisser le choix du siège au hasard du check-in.

Surtout que le choix du siège n’est pas anodin ! Si vous avez tendance à être nerveux en avion, on vous conseille de choisir un siège côté couloir. Il vous offrira un meilleur accès si vous souhaitez vous lever pendant le vol. Vous aurez plus de liberté, et vous n’aurez pas l’impression d’être confiné côté hublot. Au milieu ou près de la fenêtre, vous devez déranger vos voisins pour vous lever. Au contraire, le siège côté couloir est plus pratique si vous devez aller aux toilettes, prendre quelque chose dans votre sac, aller parler au personnel de bord ou simplement vous étirer les jambes en vous levant quelques secondes.

Bien sûr, vous pouvez aussi choisir un siège côté hublot ou au milieu, si c’est ce que vous préférez ! Le siège du milieu est privilégié par certains passagers car ils apprécient d’être « calés » entre deux voisins, et se sentent moins exposés en cas de turbulence. Enfin, le siège hublot permet de profiter du panorama à l’atterrissage et au décollage !

2. Venir en avance à l’aéroport

Pour être parfaitement zen quand l’heure d’embarquer approche, on vous conseille aussi d’arriver le plut tôt possible à l’aéroport. Si la compagnie vous conseille d’arriver 1h30 ou 2h avant le vol, venez 2h30 ou 3h en avance !

Pourquoi ? C’est le meilleur moyen d’éviter tous risques de rater l’embarquement. Le jour du voyage, de nombreuses étapes peuvent être sources de petits retards : trajet en voiture ou en transports en commun, retrait de carte d’embarquement, dépôt des bagages, contrôle de sécurité, immigration, douane… A cela s’ajoutent les contretemps si vous déposez un bagage spécial (instrument de musique, animal, vélo, surf, etc…).

Venir en avance vous permet d’être parfaitement serein par rapport à tous ces contretemps ! Cela vous donne le temps de repérer votre terminal, d’anticiper les temps de déplacement dans l’aéroport, de flâner au duty-free ou au marchand de journaux…

Autre conseil pour ne pas avoir peur en avion : votre terminal a probablement des baies vitrées qui permettent de voir les avions sur le tarmac. Avec un peu de temps à occuper, observer le ballet des atterrissages et des décollages a un côté rassurant : c’est l’occasion de réaliser que les vols aériens sont parfaitement coordonnés, courants et sans risques !

3. Avertir le personnel de bord à l’embarquement

Si vous avez des difficultés à gérer votre stress ou votre peur de l’avion, un conseil : prévenez un membre du personnel de bord et dites-lui que vous êtes anxieux en vol. Vous pouvez vous adressez à un steward, une hôtesse ou au chef de cabine. Ils sont là pour ça ! Le personnel de bord est formé pour vous assurer un vol agréable, et réduire la peur de l’avion fait partie de la formation.  

N’hésitez pas à les prévenir une fois que vous avez trouvé votre siège, pour ne pas gêner le flux de passager. Pour eux, ça n’a rien d’exceptionnel : environ 1 passager sur 5 est touché par ce type d’angoisse. Ils pourront vous prévenir à l’avance en cas de turbulence, voire vous surclasser ! Pendant le vol, vous n’êtes pas seul : vous pouvez aussi appeler le personnel de bord en utilisant le bouton d’appel au-dessus de votre siège.

4. Apporter des distractions pendant le vol

N’hésitez pas à apporter en cabine tout ce qui peut vous divertir et occuper votre esprit avec vos activités préférées ! Bien sûr, les avions ont souvent un système de bord avec films et jeux, mais leur qualité est inégale, et ils sont absents sur les compagnies low-cost. Personne d’autre que vous n’est mieux placé pour savoir ce qui vous plaît en matière de films, de séries ou de musique ! Apportez donc vos propres distractions, quelles qu’elles soient, pour vous sentir comme à la maison.

Vous pouvez apporter en cabine tout ce que vous voulez, à condition de mettre vos appareils électroniques en mode avion le temps du vol (et d’être attentifs aux instructions de vol). Il peut s’agir de votre livre de chevet, de votre série préférée, de jeux vidéos sur smartphone ou Nintendo Switch, d’un iPad ou autres tablettes, de mots fléchés, d’un magazine, d’un livre audio, de musique…

N’hésitez pas à amener plus que ce dont vous avez besoin : vous pourrez choisir une fois en l’air. En particulier, un bon casque anti-bruit, un livre audio et un masque pour dormir sont parfaits pour se distraire l’esprit et oublier que vous êtes en vol. Vous serez presque déçu que le vol se termine !

5. Ne laisser pas votre esprit vous empêcher de voler !

Dernier conseil pour ne plus avoir peur de l’avion : ne vous laissez pas envahir par les pensées négatives et découvrez le plaisir de voler ! Voyager en avion ne doit pas être une souffrance : en contrôlant votre esprit, vous l’empêcherez de dériver vers des pensées négatives.

Pour y arriver, il existe pleins de techniques qu’on développe dans les différents modules du cours en ligne de Fofly. Par exemple, avoir un minimum de connaissances techniques vous permettra de ne pas « remplir les blancs » en imaginant des catastrophes chaque fois que vous notez un événement inconnu. Une autre technique consiste à travailler sur ses peurs irrationnelles et à les contrôler quand elles se manifestent.

Vous voulez en savoir plus sur les différentes méthodes pour contrôler ses peurs et vaincre l’angoisse de voler ? Découvrez le cours en ligne de Fofly, à tester gratuitement sur cette page !